Bonjour 2018 !

Le jour où tout petit enfant, je parlais de fin du monde avec des amis, j’ai eu la trouille. Ce jour là, l’an 2000 était l’année où l’apocalypse devrait se produire. Ah 2000 ! Fin du monde ! Tout le monde allait mourir, même ma mère et mon père que je croyais plus forts que tous ! La terre allait trembler... Dans ma petite tête, l’an 2000 était encore lointain. Très loin de nous! 2000 était à mes yeux d’enfant un gros chiffre quand même…Pourtant ! Le 31 décembre 1999, quand je me suis souvenu de ce moment où je parlais de la fin du monde en 2000 avec mes petits amis, je me suis mis à rire. Ah 2000 ! Quelle année de prédictions apocalyptiques ! Même on avait prédit le bouleversement en informatique ! Un enfer véritable ! J’ai vu 2000 naitre comme toutes les autres années quand les douze coups de la cloche de la  cathédrale Saint Paul ont sonné à 0h00… Aujourd’hui, en réfléchissant sur chaque année qui passe, j’ai fini par comprendre que, le plus important pour moi, ce n’est pas d’avoir bouclé les 365 jours, les 8760 heures,   les 525600 minutes, les 31536000 secondes ! Le plus important, c’est chaque jour qui nait, chaque heure, chaque minute, chaque seconde qui s’accumule pour donner les 365 jours et qui font une ANNÉE. Le plus important donc, c’est chaque INSTANT qui se présente…Le 02 janvier 2018, un collègue militant des droits de l’Homme de Zurich me demande : « Quelle est ta résolution pour 2018 ? ». J’ai souri et je lui ai dit que pour les 31536000 secondes de l’année 2018, je lutterai pour DEFENDRE LES DROITS DE L’ENFANT. Les enfants souffrent à travers le monde. Oui ! Aujourd’hui, notre monde qui est censé être le plus civilisé, le plus démocratique, demeure le plus INFANTICIDE. Mais comme les enfants sont tout petits, ces crimes commis contre eux chaque jour, chaque heure, chaque seconde dans un coin de ce monde MERDIQUE, passent inaperçus. Personne n’en parle. En un quart de siècle de journalisme, j’ai écrit sur les guerres qui ont secoué le monde. Je les ai commentées comme je peux : en Palestine, au Liberia, en Sierra Leone,  Au Liban, au Rwanda, en Yougoslavie, sans compter les attentats,  surtout celui du World Trade Center, et encore surtout l’avènement de Boko Haram au Nigeria… Hélas ! Je m’en veux aujourd’hui parce que je n’ai jamais pensé à tous ces enfants innocents qui meurent assassinés par les drones, les bombes, et par toutes sortes d’armes  sophistiquées sorties dans les industries de l’armement de l’occident. Je n’ai jamais mis l’accent sur les foudres de guerre en Afrique qui décapitent les enfants et boivent goulûment leur sang. Oui, aujourd’hui, je condamne ces généraux qui ont ordonné chaque tuerie au cours de laquelle des enfants ont été assassinés. JAMAIS je ne leur pardonnerai. En certaines circonstances, on n’a pas le droit de rester neutre. Non ! Il est des choses qu’il faut CRIER. Tuer les enfants, les martyriser, est un crime inexpiable. Je peux pardonner à tous, mais JAMAIS je n’absoudrai HERODE qui ordonna la mort de plusieurs enfants ! Arrêtez donc vos guerres qui détruisent chaque jour des milliers d’enfants. Bonne et heureuse année 2018 !

Colbert, militant des droits de l’Homme.